Éloge du cinéma de Frederick Wiseman

Rentrer dans l’immense filmographie de l’un des plus grands cinéastes américains, à travers trois émotions, qui sont autant de points de départs pour interroger le politique aujourd’hui

Le Mans 66 : Trait d’union

Au souvenir du Mans 66, les vrombissements des moteurs paraissent bien lointains, s’évaporant derrière la vérité d’affects qui apparaissent et disparaissent aussi vite à l’image que ne passent les bolides sous les yeux de la foule en folie.

Joker : Rire, danser et courir vite

Critique de Joker (9 octobre, 2019), de Todd Phillips.

Le Joker danse, dans toute sa magnificence. Plus encore que celui de Jack Nicholson, ce Joker a un corps vivant : celui difforme et usé de Joaquin Phoenix, qui ne cesse de se mouvoir dans un Gotham pourrissant.

The Dead Don’t Die : « Welcome to my world ! »

Jim Jarmusch n’a peur ni de son ridicule ni de la colère de ses spectateurs, dans son dernier film « The Dead Don’t Die », comédie-horrifique non-conventionnelle, en compétition officielle au Festival de Cannes.

Douleur et gloire : frappe-toi de désir

Trois ans après la sortie de « Julieta », Pedro Almodovar revient avec « Douleur et Gloire », qu’il emporte au Festival de Cannes — un immense film fait de souvenirs et d’une grâce rare sur un cinéaste fatigué qui jamais ne se rend.
1ère critique de notre dossier « Cannes 2019 » !

Sunset : Le crépuscule des dieux

Après « Le fils de Saul », Laszlo Nemes revient avec « Sunset », film beau et inquiétant façonnant la fresque d’une époque au bord du gouffre, traversée par le visage d’une femme où viennent se refléter les affects d’un peuple sombrant dans l’incompréhension.

Hommage à Nicolas Roeg : Présence humaine

En novembre dernier est décédé Nicolas Roeg, réalisateur de films cultes tels « L’homme qui venait d’ailleurs » (1976), « Ne vous retournez pas » (1973), ou « La randonnée » (1971). Sur cinq décennies il a usé de sa virtuosité du cadre, de la magnificence de sa photographie, et de la modernité de son montage, pour nous offrir une filmographie hors-norme.

Us : De l’autre côté du miroir

Si le précédent film de Jordan Peele « Get Out » avait réussi à retranscrire les relations raciales de manière horrifique dans un environnement réaliste et familial, « Us » préfère la dérive fantaisiste, s’inscrivant dans l’héritage de Ray Bradbury et de Lewis Carroll.

Vice : Satyricon

Le cinéma d’Adam McKay est toujours le lieu de la controverse. Trop loufoque dans la comédie pour se conformer dans les carcans narratifs hollywoodiens, il est tout autant subversif dans le film politique. Après « The Big Short », découvrez « Vice », véritable chef d’œuvre satirique.

La petite boutique des horreurs de Jason Blum

De Paranormal Activity à Split en passant par Insidious et American Nightmare, la société de production Blumhouse n’a eu de cesse de marquer le cinéma d’horreur contemporain. Avant l’imminente sortie de Us, la rédaction vous propose un retour sur ces différents films et sur l’homme qui se cache derrière eux : Jason Blum.