Le Cas Richard Jewell : le faux coupable

L’exercice – la mise en formes de tous les flux de pouvoir gravitant autour et agissant sur le quotidien d’un seul être – est difficile. Mais il faut se rassurer car, malgré ses quatre-vingt dix années imminentes, Clint Eastwood est toujours aussi rigoureux et précis dans sa mise en scène.

L’Adieu : Dire au revoir secrètement

La gravité se dégageant de L’Adieu est toujours abordée avec légèreté, la neutralité de la mise en scène permettant à Lulu Wang de ne jamais tomber dans le pathos.

Marriage Story : Illusions perdues

Si le dernier film de Noah Baumbach, Marriage Story, est déchirant, c’est parce qu’il ne cesse à travers des blocs de temps de jouer avec une dichotomie des sentiments, choisissant d’aborder la séparation depuis la réunion.

Nina Wu : « N’exprimez rien, répétez simplement la posture »

N’en déplaise au cycle calendaire chinois, 2017 fut bien plus l’année du porc que celle du coq. Ces deux dernières années, le combat contre le harcèlement et les agressions sexuelles a connu une visibilité sans précédent. Si sa légitimité et sa nécessité ne sauraient être remises en question, on peut s’interroger sur sa représentation, parfois maladroite.

Sunset : Le crépuscule des dieux

Après « Le fils de Saul », Laszlo Nemes revient avec « Sunset », film beau et inquiétant façonnant la fresque d’une époque au bord du gouffre, traversée par le visage d’une femme où viennent se refléter les affects d’un peuple sombrant dans l’incompréhension.

La favorite : Canard laquais

Après « Canine », « The Lobster », et « Mise à mort du cerf sacré », Yorgos Lanthimos nous livre sa dernière comédie noire « La favorite », Grand prix du Jury à Venise, et 10 nominations aux Oscars.

Ryusuke Hamaguchi : rencontre avec un jeune et grand cinéaste japonais

Pour bien démarrer l’année, nous vous conseillons d’aller voir « Asako » sorti aujourd’hui, magnifique film du cinéaste japonais Ryusuke Hamaguchi, en compétition officielle au dernier festival de Cannes. Nous vous proposons ici une interview du réalisateur, et un compte-rendu de sa master-classe donnée les 17 et 18 octobre derniers à l’ENS de Lyon.

Grass : la possibilité d’une vie

Après « La caméra de Claire » et « Seule sur la plage la nuit », Hong Sang-Soo, cinéaste de la parole et des passions, nous livre son troisième bijou cinématographique de 2018.

First Man : conquête de l’intime

Surprenant, émouvant, maîtrisé. Damien Chazelle trouve un style beaucoup plus intimiste mais dont la portée émotionnelle n’a rien à envier à celle de ses précédents films (Whiplash, La La Land).