Aya : portrait vivifiant d’une humanité délaissée

Aya emprunte à une forme documentaire quasi-ethnographique pour raconter le parcours pourtant fictif d’une jeune Ivoirienne confrontée à la disparition prochaine de l’île sur laquelle elle vit. Simon Coulibaly Gillard réalise ici un film délicat et tendre qui laisse beaucoup de place à ses personnages pour exprimer leur humanité nuancée. A découvrir en clôture de la programmation ACID Cannes 2021.

Down with the King : Freddie Gibbs se met au cinéma

Down with the King, long-métrage réalisé par le français Diego Ongaro, offre un rôle sur mesure à Freddie Gibbs, et dissèque la quête de sens d’un rappeur cherchant à changer de vie. A découvrir dans la sélection ACID Cannes 2021

Soy Libre : un trajet vers la dignité

Avec son premier long-métrage Soy Libre, Laure Portier réalise un portrait tendre et sobre de son petit frère Arnaud. Par ce geste d’empathie radical, elle nous invite à comprendre une altérité trop souvent évacuée du champ des représentations. A découvrir dans la sélection ACID Cannes 2021.

Animēshon Festival 2020 : le Japon indétrônable (2/2)

Immersion dans l’animation japonaise avec l’Animēshon Festival 2020. 6 séances, 2 jours, des pépites, du dessin, de la 3D, des pleurs, de la baston. Retour dans cette deuxième partie sur les trois autres films du festival : On-Gaku, Les Mondes parallèles, et Lupin III: The First.

Animēshon Festival 2020 : le Japon indétrônable (1/2)

Immersion dans l’animation japonaise avec l’Animēshon Festival 2020. 6 séances, 2 jours, des pépites, du dessin, de la 3D, des pleurs, de la baston. Retour tout d’abord sur les trois premiers films du festival : Ride Your Wave, Promare et 7 Days War.