Arctic Monkeys, des débuts à The Car : Archipel du désastre

Les Monkeys renouent, malgré le virage emprunté et assumé depuis Tranquility Base Hotel + Casino, avec ce qui faisait le charme de leurs débuts : entre désir de renouvellement et impossibilité d’empêcher les apparitions de certains fantômes.

Don’t Look Up : Falling apart

Avec Don’t Look Up, Adam McKay continue le projet ambitieux qui articule de larges pans de son cinéma : questionner notre rapport contemporain aux médias et aux images.

Yelle ou le sens de la fête

Malgré un public fidèle et fervent, Yelle – le projet porté par la chanteuse Julie Budet et le compositeur et producteur Jean-François Perrier – n’a toujours pas la reconnaissance qu’il mérite dans son pays natal. La joie et l’amour qui portent pourtant le duo sur disque et sur scène méritait bien qu’on s’y attache pour un article détaillé.

Aya : portrait vivifiant d’une humanité délaissée

Aya emprunte à une forme documentaire quasi-ethnographique pour raconter le parcours pourtant fictif d’une jeune Ivoirienne confrontée à la disparition prochaine de l’île sur laquelle elle vit. Simon Coulibaly Gillard réalise ici un film délicat et tendre qui laisse beaucoup de place à ses personnages pour exprimer leur humanité nuancée. A découvrir en clôture de la programmation ACID Cannes 2021.

Down with the King : Freddie Gibbs se met au cinéma

Down with the King, long-métrage réalisé par le français Diego Ongaro, offre un rôle sur mesure à Freddie Gibbs, et dissèque la quête de sens d’un rappeur cherchant à changer de vie. A découvrir dans la sélection ACID Cannes 2021

Soy Libre : un trajet vers la dignité

Avec son premier long-métrage Soy Libre, Laure Portier réalise un portrait tendre et sobre de son petit frère Arnaud. Par ce geste d’empathie radical, elle nous invite à comprendre une altérité trop souvent évacuée du champ des représentations. A découvrir dans la sélection ACID Cannes 2021.