RILEY GALE : REST IN POWER

Hommage à Riley Gale, chanteur du groupe de thrash metal Texan Power Trip.

Le 26 août dernier, le monde du thrash metal a vécu un cauchemar éveillé : Riley Gale était décédé. Ce n’était pas possible, cela devait être une mauvaise blague. Après s’être frotté les yeux plusieurs fois, chacun a compris que c’en était pas une. Riley Gale avait bel et bien disparu. J’ai eu envie à plusieurs reprises d’ouvrir mon ordinateur et d’écrire cet article, mais c’était trop dur. Un monde sans Riley, ce n’était pas possible. Je n’y croyais pas. Un mois après sa mort, il est enfin temps d’en parler. Retour sur son parcours et ses exploits musicaux.

photo par Johnny Milano

Riley Gale, c’est qui ?

Riley Gale est principalement connu en tant que chanteur et fondateur du groupe de thrash metal Power Trip (formé en 2008). Il décide de former le groupe alors qu’il n’a que 22 ans en compagnie de Blake Ibanez, Nick Stewart (guitares), Chris Whetzel (basse) et Marcus Johnson (batterie). Originaire du Texas, il suit un cursus universitaire à l’Université de North Texas et travaille sans relâche en parallèle de ses études afin de les financer.  

La musique finira par être plus qu’un passe-temps et devenir son métier. Sa position lui permettra aussi de partager ses convictions et combats. Très engagé, il fait part de son soutien au mouvement Black Lives Matter ainsi qu’aux membres de la communauté LGBTQI+, que ce soit sur les réseaux sociaux, en interviews ou sur scène. Il lutte constamment contre les discriminations et s’affiche d’ailleurs ouvertement comme anti-Trump, toutes ces convictions ressortissant les paroles des morceaux du groupe.

C’était un homme intelligent, doué et déterminé qui n’hésitait pas à aider ses proches.

«Logic lost in brainwashed minds
Storming heaven, it’s not too late
Hit them hard, crash the gates
I see your way of life and I think it’s a joke
« Don’t step out of line, you’re walking a tight rope! »

Firing Squad, Power Trip

Malheureusement à l’âge de 34 ans, Riley quitte ce monde qu’il décrivait comme « Cauchemardesque » (Cf : Nightmare Logic, 2017), laissant ses proches avec un trou au centre de la poitrine et une scène musicale complètement anéantie. Le groupe nous annonce sur Twitter avec beaucoup de tristesse dans la nuit du 26 août que leur leader a rendu son dernier souffle le 24 août 2020. La cause de sa mort ne sera pas dévoilée, par respect, d’abord pour lui et sa famille.

Un beau mouvement s’empare alors des réseaux sociaux : tout le monde poste des photos, des vidéos, des liens. Le monde du thrash metal s’unit pour rendre hommage à Riley, pour célébrer tout ce qu’il a pu accomplir de son vivant, pour le remercier de nous avoir offert sa musique. Des T-shirts sont même réalisés, dans le but d’offrir les bénéfices récoltés à la famille du chanteur (et, oui, j’ai craqué, non je ne l’ai pas encore reçu, stay tuned comme on dit).

Musique

Avec sa voix puissante et entraînante, Riley était le porte-parole de toute une génération et de ses idéaux à travers sa musique. C’est un membre important de la communauté thrash metal et Hardcore et ce pas uniquement en tant que frontman de Power Trip. Par exemple, pendant le confinement, il a prêté sa voix au groupe Body Count (projet dirigé par le non moins célèbre Ice-T, mais si vous le connaissez forcément, il joue dans New York Unité spéciale, dans un épisode de Rick et Morty et dans pleins d’autres films et séries, plutôt polyvalent cet Ice-T n’est-ce pas ?).

Le groupe Power Trip naît donc en 2008 à Dallas, se présentant comme un groupe de crossover thrash, mais dès le début on sent également des influences hardcore, punk, speed et death metal tant dans les instruments que dans le chant. En d’autres termes, Power Trip, ça vous remue les tympans, ça vous donne envie (et excusez mon langage) de casser des gueules, d’exprimer par des mouvements tout ce qui vous pèse. Et je ne dis pas ça parce que je les adore, mais bel et bien parce que c’est vrai, je n’ai jamais rencontré une personne sur terre qui avait quelque chose de négatif à dire sur Power Trip.

Le groupe commence par sortir un EP en 2009, Armageddon Blues et la machine Power Trip et lancée. On est prévenus, le potentiel du groupe est déjà évident et les Texans ne doivent pas relâcher leurs efforts. En 2011 sort donc un autre EP, éponyme cette fois. S’en suivent deux albums Manifest Decimation (2013) et Nightmare Logic (2017). J’ai moi-même découvert le groupe avec Nightmare Logic et pour être honnête, je ne suis jamais restée autant bouche-bée devant un album, il est puissant, il vous retourne les tripes, fait naître en vous un sentiment de puissance, « je peux tout faire, personne ne peut m’arrêter ». Nightmare Logic signifie le fait de vivre dans ce cauchemar éveillé, des choses qui paraissent tellement surnaturelles qu’elles ne sont pas croyables, le fait d’essayer de trouver de l’optimisme et de la motivation pour enfin réaliser que 99% d’entre nous ont plus en commun qu’on ne le pense, selon Riley (phrase originale : “Dealing with this waking nightmare, things seem so surreal that they’re unbelievable… Trying to find optimism and motivating force and realizing that 99% of us have more in common than we think” – Riley Gale.)

Quelques jours avant la mort de leur frontman, le groupe annonçait sur Twitter l’enregistrement d’un nouvel album. Sortira-t-il un jour ? Suspense.

Power Trip a su construire et entretenir son image. Pour moi, ils ont créé un genre à part entière, je ne connais aucun groupe capable de les égaler, aucun groupe dans le même style, aucun groupe avec autant de puissance : Power Trip était unique. Était car je pense que Riley emporte avec lui la singularité du groupe.

Selon quelques rumeurs, le groupe serait à la recherche d’un nouveau chanteur. Je ne suis pas contre, ce serait intéressant à entendre d’ailleurs, mais je pense très honnêtement que Power Trip ne sera plus jamais pareil. Peut-être serai-je agréablement surprise.

Photo par Meagan Sullivan

Merci Riley, merci pour cette musique, merci pour cette énergie, merci pour tout. Tu auras changé ma vision de la musique et plus particulièrement celle du thrash metal. Je n’oublierai jamais la première fois que j’ai entendu Nightmare Logic, en voiture, la fois où mon bras a été cassé sur « Firing Squad » (Nightmare Logic), la fois où j’ai déballé mes cadeaux de Noël pour y découvrir une place pour leur tournée en compagnie de Lamb of God et Kreator à l’Olympia en Avril 2020, qui sera finalement reportée à décembre 2021 et puis, qui aura peut-être lieu sans Power Trip. Je n’oublierai pas. Et surtout, je continuerai de dire, d’écrire, à quel point Riley était un homme talentueux, qui ne méritait pas de mourir si jeune.

Adieu Riley, Rest in Power (jolie phrase signée Coheed and Cambria).

Et n’oubliez pas, soutenez les artistes. Écoutez, partagez, streamez, diffusez… Surtout en cette période où l’industrie du spectacle, du cinéma et de la musique rencontrent beaucoup de difficultés. Partagez autant que vous pouvez, toute la scène repose sur vous!

Crédit photo (dans l’ordre) : Johnny Milano, Power Trip, The Wrong Side, Meagan Sullivan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s