Rencontre avec Dirty Shirt

La scène musicale lyonnaise est très variée et nous propose de nombreuses distractions en tout genre. Aujourd’hui focus sur une scène alternative, la scène (Punk) Hardcore de Lyon.

Et parmi plusieurs associations, nous trouvons Dirty Shirt, association qui programme des concerts de Punk Hardcore à Lyon depuis un peu plus d’un an. Léo, seul et unique gérant, a monté Dirty Shirt en partant de rien et fait vivre la scène locale Lyonnaise.

Nous vous proposons alors aujourd’hui d’entrer dans le monde alternatif de Lyon, et d’en découvrir un peu plus sur Dirty Shirt.

Dirty Shirt, c’est quoi ?

Léo: Dirty Shirt c’est le nom avec lequel j’organise, annonce et diffuse les concerts que je mets en place sur Lyon depuis Décembre 2018.
Je me focalise sur le Punk Hardcore (mais pas que !), une musique que j’aime et que je vis; une musique qui me ressemble et qui pour moi est bien plus que de la musique.
Le but est de faire vivre la scène indépendante, alternative et locale. Faire venir les groupes que j’aime et faire jouer les groupes de la région.
J’aime permettre aux gens de se rencontrer et voir se créer des ponts entre les différentes personnes et les différents acteurs de la scène locale.
Car le but aussi est de préserver et de pérenniser les valeurs propres au Punk Hardcore. De maintenir les endroits et les moments qui nous appartiennent et qui nous sont chers, rare.

Comme je le disais, c’est plus que de la musique. C’est un milieu où on s’y sent à sa place, pour ce qu’on est et pour ce qu’on veut faire.
C’est une porte d’entrée à la création, aux initiatives, à la participation individuelle et collective.
Personnellement, je n’ai pas trouvé d’endroits, de milieu, ailleurs qui puisse permettre un développement si large qu’au sein de cette scène musicale.

Donc Dirty Shirt c’est ça: un amusement, une aventure et une passion pour la musique que je traduis à travers l’organisation de concerts.
Mais aussi un moyen de proposer quelque chose de différent. Qui me ressemble et ressemble à beaucoup. Et un moyen de faire vivre la scène que j’aime et les gens qui la composent.

Pourquoi « Dirty Shirt » ?

Léo: C’est une histoire assez marrante et dégoutante à la fois…
J’avais l’habitude d’aller aux concerts de Hardcore avec un t-shirt à l’effigie de Son Goku / Dragon Ball. Parce que j’aimais bien la nature de Son Goku, sa vision du combat
et de la persévérance. Ça m’amusait de me dire que les concerts de Hardcore et leurs mosh pit énergique et violent s’apparentaient aux entraînements de Son Goku. Qu’il fallait
être aussi vaillant et fort que lui pour survivre aux concerts. Du coup j’avais ce délire de Dragon Ball lié au Hardcore. Et ce même t-shirt, je le mettais à chaque concert auquel j’assistais. C’était ma tenue de combat. Sauf que parfois, j’enchaînais plusieurs concerts des jours d’affilés et je me disais « à quoi bon le laver, demain je serais de nouveau couvert de sueur, de sang ou autre liquide humain ». Alors, je le gardais avec moi (parfois sur moi), sale comme jamais et je ne le lavais pas.

Par la suite, en arrivant sur Lyon, j’avais pour projet d’organiser des concerts de Hardcore. J’avais toujours en tête ce délire de Dragon Ball associé au Hardcore.
Et je me disais que si je voyais une affiche de Dragon Ball dans la rue, ça capterait direct mon regard (et comme beaucoup de personnes fan du manga également).
J’avais trouvé pleins de visuels d’ailleurs, sur internet, de Dragon Ball qui constituaient une bonne base pour faire des affiches de concerts. Et éviter aussi la redondance des affiches
qui se ressemblent beaucoup trop et qui s’oublient.

J’ai donc choisi de prendre le thème de Dragon Ball pour les concerts. Pour l’histoire crade d’un t-shirt que je portais toujours en concert et parce que visuellement, c’était amusant de communiquer autour du manga (et je m’amuse vraiment à diffuser mes concerts ainsi). Je donne aussi un nom d’épisode à chaque concert, histoire de faire une sorte de continuité et que avec le visuel, le nom et les groupes, on puisse se rappeler plus facilement de la date.
Dirty Shirt donc, « T-Shirt Sale » – celui avec l’image de Son Goku que je garde, intact en boule dans mon armoire. Et puis ça sonne bien, ça se retient bien je trouve.

Tu es seul pour gérer l’association, n’est-ce pas compliqué ?

Léo: Oui, je suis seul. Mais j’ai des potes qui viennent parfois me filer un coup de mains durant les concerts, pour tenir la table ou me dépanner d’un truc. Merci à eux !

C’est compliqué… oui, mais c’est un peu un défi que je me donne. De remplir les différentes tâches pour que le concert se passe bien. Après je me connais bien, je sais que je
fonctionne bien seul, j’ai quasiment tout le temps fonctionné ainsi, donc c’est assez naturel pour moi de faire les choses comme ça.
Si je trouve quelqu’un avec qui je fonctionne très bien peut-être que Dirty Shirt comptera 2 personnes mais c’est aussi, comme je l’ai dit précédemment, une aventure pour moi.
Une aventure de proposer des concerts qui me ressemblent. Je le fais aussi en partie car ça me plaît, ça me fait du bien, ça m’évade aussi des problèmes.
Ça me focalise sur plusieurs tâches: contacter, organiser, négocier, cuisiner, promouvoir,…
Et ça m’évite d’avoir la tête ailleurs. Là j’ai la tête bien occupé sur de vraies choses concrètes, positives, qui engagent des gens et des valeurs auxquels je crois sincèrement.
D’où ma volonté de garder ça comme étant un projet que je mène individuellement. Et les concerts que j’organise restent de petits concerts mine de rien. Donc tant que ça reste comme ça, c’est gérable.
Et puis je me fais les dents au fur et à mesure. Peut-être qu’un jour je voudrais élargir le champ de mon ambition et ça modifiera le fonctionnement.

Tu joues dans un groupe, xBreak Outx, à côté, est-ce facile de gérer les deux ?

Léo: En réalité, j’ai 2 groupes (et pleins de projets en tête) ! xBreak Outx et Wicked. Mais avec Wicked on est en pause forcée. On cherche un·e bassiste si jamais…

Il faut bien s’organiser mais c’est dans ma nature. Donc en soit, tant que j’aime ça, que j’ai ce goût, j’arrive à me débrouiller et organiser mes semaines.
Pour concilier mes différents projets sans que ça me submerge. Parfois c’est tendu, y’a tout qui te tombe dessus ou t’arrive pas à faire tout ce que tu veux. Mais j’ai une situation
assez arrangeante avec mon travail me permettant d’avoir du temps pour gérer les projets correctement. Mais je n’ai pas toujours du temps à me consacrer et je ne me tourne pas les pouces.
De toute manière je déteste ça !

Que penses-tu de la scène Hardcore lyonnaise ?

Léo: En tant que spectateur, je pense qu’elle est très bonne. Il manque toujours de lieux adaptés pour organiser des concerts et il faudrait réussir à toucher plus de gens mais on ne peut mesurer que la qualité d’une chose en la comparant à une autre. Et en comparant la scène lyonnaise à celle de d’autres villes de France, on est plutôt pas mal.
Beaucoup de gens de l’extérieur me dise que Lyon, c’est là qu’il y a tous les concerts ! Ça traduit quelque chose.
Autrement, de l’intérieur, on a aussi pas mal de bons groupes. Beaucoup de jeunes groupes. Pas assez à mon goût (y’en aura jamais assez haha !) pour pouvoir réussir à varier
lorsqu’on propose un groupe local mais le paysage est bon. C’est que souvent on a un peu les mêmes personnes dans les différents groupes… haha
Pour en citer quelques-uns: Changes, Kwato, Dodge This!, Violence Gratuite, Self Esteem, Shitstorm,…

Des prochaines dates ou événements ou surprises de prévues ?

Léo: Oui. J’ai une date de prévue pour le 28 Mars et une autre le 10 Avril. Des plans pour début Mai et ensuite on verra…
J’aimerais en fin d’année proposé un gros événement à l’occasion des 2 ans, j’espère pouvoir le mettre en place.

Un mot à dire pour le webzine et pour les personnes n’osant pas venir découvrir cet univers/cette scène ?

Léo: Merci déjà pour l’interview, de me permettre de faire parler de mon activité. Ça fait plaisir de voir de l’intérêt pour les projets qu’on mène.
C’est cool aussi qu’il y ait des médias qui diffusent ce genre de projets. Ça reste une musique de niche, c’est compliqué de l’exporter sur d’autres terrains.

Pour les personnes qui n’osent pas… osez ! Haha, vous n’avez rien à y perdre !
Si la musique ne vous séduit pas aux premiers abords, dites-vous que vous n’allez pas qu’à un simple concert mais que vous participez à quelque chose d’assez unique.
C’est pas partout qu’on voit des gens se sauter dessus et ensuite se faire de grands câlins parce qu’ils sont contents de s’être mis dessus haha.
Qu’aussi, si la musique c’est pas votre truc, vous pouvez tout de même participer d’autres manières, en proposant vos talents si l’ambiance qui se dégage des concerts vous
plaît. Tout le monde est le bienvenue, toute aide est appréciée et toute proposition est à prendre en compte !

Vous pouvez également retrouver Dirty Shirt sur les résaux sociaux: https://www.facebook.com/dirtyshirtbooking/ sur Facebook et https://www.instagram.com/dirty_shirt_booking/ sur Instagram.


Et pour avoir participé à plusieurs concerts organisés par Dirty Shirt, l’ambiance est vraiment agréable. Même lorsque j’y vais seule et que je ne connais personne, je m’y sens à ma place. Alors n’hésitez pas, si vous voulez soutenir la scène, vous savez où aller.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s