HYPNO5E : A Distant Dark Source tour

Critique de l’album A Distant (Dark) Source (22 novembre 2019) croisée avec le live (20 janvier 2020)

Hypno5e, groupe français de metal extrême, créé en 2003 nous a récemment offert (le 22 novembre 2019) son dernier et cinquième album : A Distant (Dark) Source. Les membres qualifient leur musique comme étant du « metal cinématique » car ce projet leur a permis de lier deux de leurs passions : la musique et le cinéma. Entre progressif et death metal, le groupe n’hésite pas à incorporer des samples d’œuvres littéraires ou cinématographiques dans leurs musiques – on peut notamment citer L’étranger d’Albert Camus – et à alterner entre français, anglais et espagnol. Hypno5e nous fait voyager à travers leurs morceaux : Contes et légendes, langues, autres univers… L’évasion est intense, et surtout garanti.

Depuis 2013, Hypno5e étend sa popularité en France. Ils ont joué en tant que première partie sur une des tournées du célèbre groupe de death metal français, Gojira. Maintenant bien installé et apprécié dans la scène française mais aussi mondiale, Hypno5e revient avec leur musique inqualifiable.

A Distant (Dark) Source fait suite à l’album complètement acoustique Alba – Les ombres errantes (2018), bande son du film documentaire d’Emmanuel Jessua, chanteur du groupe. Alors après un virage acoustique, franchement très réussi et rempli d’émotions, qu’allait faire Hypno5e ? Retrouver la force électrique du très apprécié Shores of the Abstract Lines (2016) ou prendre le chemin bien plus calme d’Alba ?

Eh bien, on le sait dès les premiers mots que l’on peut entendre au début de l’album : « Tais-toi, on vient » (sur la musique « on the dry lake ») : l’électrique est de retour. Constitué d’onze morceaux, l’album nous conte la légende des spectres du Lac Tauca, en Bolivie, qui malheureusement n’existe plus aujourd’hui. D’ailleurs le dernier morceau se nomme « Tauca, Pt. II (Nowhere) ». Hypno5e est donc de retour avec la même recette : ils ont leur style, leur concept, leur personnalité et n’en changeront pas. L’album reçoit de nombreuses critiques positives : on aime Hypno5e et tout l’univers qui nous enveloppe à chaque album. Ils nous content une histoire, et on écoute sagement. Et encore plus avec cet album, où l’histoire glisse entre nos tympans, suspendant le temps. Onze morceaux, sans réelle séparation au final. Et c’est là que l’on se dit qu’Hypno5e a bien choisi son nom, leur musique est le pendule devant nos yeux qui nous aspire à demi-conscient dans un nouvel univers sombre mais pourtant si doux.

Les sonorités changeantes et le rythme faussement déstructuré nous plongent au cœur de l’histoire : les spectres sortent du sol, nous surprennent, nous entourent, puis la lumière nous éblouit. L’album a eu un franc succès. D’ailleurs, la tournée qui lui est dédiée se déroule à guichet fermé sur quasiment toutes les dates.

Fan inconditionnelle de Shores of the Abstract Line, j’attendais cet album avec impatience. « De toute façon, Hypno5e ne peut pas nous décevoir ». L’album m’a emporté, aspiré dans son univers pendant plus d’une heure. Et lorsque j’ai reposé les pieds sur terre, je voulais y retourner. Alors j’y suis retournée, le 20 février 2020 au Rock’n’eat à Lyon.  La date, annoncée depuis déjà quelque mois, était sold out.

Dukkha – Première partie

Le nom m’était inconnu et j’ai voulu me laisser la surprise. Alors c’est à l’aveugle, que je me suis placée devant la scène de Dukkha ce soir-là. La salle était déjà bien remplie et le public semblait impatient. Et lorsqu’ils sont montés sur scène, sous les acclamations des habitués, la confiance régnait.

Dukkha est un groupe lyonnais de métal moderne, un mélange de progressif, de djent et de metalcore. Moi qui, en vain, avait cherché pendant des années un groupe similaire à Hypno5e, j’ai (enfin) été servie. Le groupe joue lui aussi sur les sonorités: distorsion, blast beast et puis, soudain le calme. Et après leur premier morceau, le cœur du public était conquis : hurlements, sifflements, applaudissements. Dukkha nous a surpris en nous enveloppant de sa musique du début à la fin. Des hochements de tête à n’en plus finir et de nombreux applaudissements, la scène locale était ravie.

Ils nous offrent bien plus qu’un spectacle musical, le show était également visuel : néons et fumée étaient au rendez-vous. Dukkha, c’était beau, c’était émouvant et surprenant. Quelques fans accompagnaient le chanteur au chant, d’autres s’extasiaient à chaque début de riff et les novices, eux, se laissaient emporter par la musique extrêmement précise et bien travaillée du groupe. Bonus : les samples étaient eux aussi au rendez-vous, Hypno5e avait donc bien choisi sa première partie. Le groupe avait déjà bien fait monter la température et la salle était bouillante au moment d’accueillir la tête d’affiche de la soirée.

Hypno5e – Un rêve éveillé

C’est avec d’énormes sourires de la part du public que le groupe a été accueilli sur scène. Le concert commence comme l’album avec « On the Dry Lake » qui nous annonce le ton et le tempo de la soirée. Et comme en écoute studio, Hypno5e nous a enveloppé de sa musique et nous a propulsé dans leurs différentes histoires. Huit musiques de A Distant (Dark) Source étaient présentes sur la setlist, mais le groupe nous a également régalé en nous jouant « In Our Deaf Lands » et « Tío » de Shores of the Abstract Line. Que de frissons lorsque le public chantait en chœur les passages clairs. Et lorsque ceux-ci étaient électriques et violents, le public hochait de la tête, quelques headbangs par-ci, d’autres par-là, sans oublier les pogos. Le public vivait la musique, laissait son corps se faire guider, s’imaginant les histoires qu’Hypno5e nous a contées.

Et lorsque le chanteur a lâché sa guitare pour nous jouer « Tío » au piano, c’est une immense vague d’émotion que j’ai sentie, elle partait du fond de la salle pour aller rejoindre la scène. Les cordes vocales du public accompagnaient le groupe « ¿Tío, cuanto tiempo contaron los hombres? ¿Quedaron sueltos? ». Frissons, larmes et émotion. Hypno5e nous a laissés ce soir-là, un souvenir impérissable. Entre chaque morceau c’était une foule en délire qui les remerciait de nous offrir leur musique, leurs histoires, leur concept. Alors le groupe reprenait de plus belle, avec le sourire. Ils s’amusaient et ça se voyait, d’ailleurs on peut dire que tout le monde s’est amusé ce soir-là dans la petite salle du Rock’n’eat.

Le groupe est resté sobre, sérieux et simple sur scène, mais aussi chaleureux, ils nous ont mis à l’aise, nous ont emporté jusqu’en Bolivie, avec leurs belles notes de musique. Ils nous ont hypnotisés, puis ramenés à nous avec leur rythme faussement déstructuré. Tout était parfait, tout était calculé, pas une erreur, pas une faute de rythme, et même pas de setlist scotchée au planché : le groupe est rôdé. Je me rappelle avoir été impressionnée par la prestation du batteur, une vitesse et une force incroyable.

Le groupe a terminé par « Acid Mist Tomorrow », un retour aux sources qui a plu à tout le monde, et lorsque c’était terminé, le public n’a cessé d’applaudir et d’acclamer Hypno5e, on en voulait encore, toujours plus d’Hypno5e, une heure nous a semblé être dix minutes. Chaque membre du groupe, la main au cœur et même les larmes aux yeux pour certains, nous remerciait : « Merci Lyon, c’était incroyable ». Alors la foule applaudissait de plus belle, et c’est au bout d’une dizaine de minutes d’applaudissement que l’un des guitaristes nous a dit que c’était terminé, pour ce soir du moins. La tournée se termine le 6 juin 2020 à Cannes, si vous souhaitez aller les voir, attention, les salles se remplissent vite !

Les moments que nous a offert le groupe ce soir-là étaient magiques, et je ne pense pas qu’il soit possible de les oublier un jour. Vivre un concert d’Hypno5e, c’est être chanceux. Et si déjà l’écoute studio est envoûtante, le live décuple tout ce que l’on peut ressentir.

Crédits photos: Hypno5e, Marianne Pedrono

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s