American Nightmare : l’Etat, ce grand méchant loup [2/2]

Dans un contexte international de mobilisations, de contestations et de revendications, tâchons de voir comment la célèbre saga horrifique propose une critique de l’Etat et du capitalisme, partant des inégalités pour mieux saisir le fondement violent de nos sociétés.

American Nightmare : Purger le divertissement [1/2]

Et si « American Nightmare » n’était pas qu’un simple divertissement ? Depuis plusieurs année, le concept d’American Nightmare resurgit à chaque Halloween, mais il est temps de prendre cette saga plus au sérieux. Entre philosophie et science politique, plongez dans l’univers intelligent et divertissant de La Purge !

Postures du corps en régime néolibéral

De Macron au cinéma contemporain, moins une opposition entre réalité et fiction, qu’un même et seul régime du corps : ce corps néolibéral, managérial, utilitaire, transparent. Et dans cette fermeture de l’autre, la possibilité d’une contestation grâce au privilège de la fiction.

Hommage à Nicolas Roeg : Présence humaine

En novembre dernier est décédé Nicolas Roeg, réalisateur de films cultes tels « L’homme qui venait d’ailleurs » (1976), « Ne vous retournez pas » (1973), ou « La randonnée » (1971). Sur cinq décennies il a usé de sa virtuosité du cadre, de la magnificence de sa photographie, et de la modernité de son montage, pour nous offrir une filmographie hors-norme.

La petite boutique des horreurs de Jason Blum

De Paranormal Activity à Split en passant par Insidious et American Nightmare, la société de production Blumhouse n’a eu de cesse de marquer le cinéma d’horreur contemporain. Avant l’imminente sortie de Us, la rédaction vous propose un retour sur ces différents films et sur l’homme qui se cache derrière eux : Jason Blum.

Réengager le temps et l’action : le suicide dans le cinéma contemporain

« An elephant sitting still », « Grass », « L’heure de la sortie » ou « Sur le chemin de la rédemption », sont des œuvres singulières ayant marqué notre paysage cinématographique de ces derniers mois. Mais au-delà de leurs différences, ces films sont unis par un motif fort : le suicide.

Mobilisation et lutte des images à Lyon

Avant que les bonnes résolutions ne cèdent la place à une bonne révolution, l’équipe de Good Time a jugé bon de ne pas faire la sourde oreille face aux événements actuels. Elle vous propose donc un édito qui retrace dans ses grandes lignes les luttes par l’image d’hier et d’aujourd’hui.